Une Défense Passionnée de la Demande du Pape François pour une Interdiction Mondiale de la Gestation pour Autrui

Ads

Dans la défense de la demande du pape François d’une interdiction mondiale de la “gestation pour autrui”

Selon le pape, il s’agit d’une “grave violation de la dignité”

Le lundi 8 août, le pape François a dénoncé la pratique de la “gestation pour autrui”, qui consiste à utiliser l’ovule d’une autre femme fécondé par fécondation in vitro pour concevoir un enfant, que la femme le fasse volontairement ou pour une compensation financière.

S’adressant aux diplomates au Vatican, le pape a exigé une interdiction mondiale de cette pratique. Son discours a duré 45 minutes. Selon l’enseignement catholique, cette pratique est dégradante, car elle est motivée par l’individualisme et les désirs financiers de la mère, a déclaré le pape.

Le pape François a réitéré la position du Vatican contre l'”idéologie du genre” – l’acceptation d’identités autres que cisgenres – dans le même discours. Son point principal est que le concept de genre est “extrêmement dangereux, car il annule les différences en prétendant rendre tout le monde égal”.

Ce discours va à l’encontre de la déclaration précédente du pape, dans laquelle il tendait la main à la communauté LGBTQIA+ en permettant aux prêtres catholiques de bénir les couples de même sexe.

Ce jugement historique n’a pas modifié l’enseignement de l’Église catholique, qui considère toujours les mariages de même sexe comme une conduite “irrégulière”, selon le document qui le contient. Une simple “signe que Dieu accueille tout le monde” serait la nouvelle résolution.

Il est important de reconnaître que l’opinion du pape François sur la “gestation pour autrui” est fondée sur la conviction catholique selon laquelle la dignité humaine doit être protégée et respectée. Selon lui, la pratique de la gestation pour autrui est une exploitation de la femme et une instrumentalisation de l’enfant à naître. Il soutient que chaque personne a le droit d’être conçue et de grandir au sein d’une famille composée d’un père et d’une mère biologiques. Une telle structure familiale permettrait, selon lui, d’offrir à l’enfant une stabilité affective et de bénéficier de l’amour et des soins de ses parents biologiques.

Le pape François met également en garde contre les conséquences de l’acceptation de l'”idéologie du genre”. Selon lui, cette idéologie nie les différences naturelles entre les hommes et les femmes et cherche à imposer une vision uniforme de la sexualité et de l’identité humaine. Il soutient que cette idéologie peut entraîner une confusion et un désordre dans la société.

Cependant, il est important de noter que cette position du pape François sur la “gestation pour autrui” ne signifie pas qu’il condamne les personnes qui ont recours à cette pratique ou qu’il les juge moralement coupables. Au contraire, le pape appelle à considérer le bien-être de toutes les personnes impliquées, y compris les femmes qui servent de mères porteuses et les couples qui espèrent fonder une famille. Il souligne simplement que, du point de vue de l’Église catholique, cette pratique va à l’encontre de la dignité humaine et des principes fondamentaux de la famille.

Ainsi, la demande du pape François d’une interdiction mondiale de la “gestation pour autrui” est basée sur sa vision de la dignité humaine et sur sa conviction que la famille est un élément essentiel du bien-être des individus et de la société. Alors que la société continue d’évoluer et de débattre sur ces questions, il est important de reconnaître et de respecter les différentes perspectives, tout en cherchant des solutions qui respectent la dignité humaine et promeuvent le bien commun.