Un expert économique refuse l’offre de Milei de diriger la Banque centrale du Brésil

Ads

Un expert économique a rejeté l’offre de Milei de diriger la Banque centrale du Brésil. Demian Reidel, qui se considère comme un “mileista de primera hora”, déclare : “Il y a des personnes qui peuvent faire cela mieux”.

Demian Reidel, économiste, a refusé une offre de diriger la banque centrale de l’Argentine de la part du nouveau président élu Javier Milei. “Il y a une différence dans la formulation des politiques et il y a des personnes qui peuvent le faire mieux”, a déclaré Reidel dans une interview accordée à La Nación.

Pendant la présidence de Mauricio Macri, Reidel a occupé le poste de vice-président de la Banque centrale. Milei a déclaré à de nombreuses reprises qu’il avait l’intention de fermer la Banque centrale en raison d’une “obligation morale”. De plus, il milite en faveur de la dollarisation de l’économie du pays.

Le gouvernement de Milei a également confirmé qu’il avait demandé à Luis Andrés Caputo de diriger le ministère de l’Économie. La presse argentine est unanime pour affirmer que l’ancien ministre des Finances et président de la Banque centrale Caputo devrait être nommé à son poste actuel.

La décision de Demian Reidel de refuser l’offre de Milei pour diriger la Banque centrale du Brésil a suscité des réactions mitigées au sein de la communauté économique argentine. Alors que certains saluent sa décision en soulignant l’importance de trouver la bonne personne pour ce poste clé, d’autres critiquent son refus en arguant que Reidel aurait pu apporter une vision différente et novatrice à la banque centrale.

Dans une interview accordée à La Nación, Reidel a expliqué sa décision en déclarant : “Je pense qu’il y a des personnes qui ont une meilleure compréhension des politiques économiques et qui peuvent donc mieux diriger la banque centrale que moi. Je soutiens pleinement l’administration de Milei et je suis un mileísta de primera hora.”

Néanmoins, cette décision n’a pas empêché le gouvernement de Milei de continuer à avancer dans sa volonté de réformer le système économique argentin. En nommant Luis Andrés Caputo au poste de ministre de l’Économie, Milei envoie un message clair quant à ses intentions de faire avancer ses politiques économiques audacieuses.

Luis Andrés Caputo n’est pas un inconnu dans la sphère économique argentine. Il a déjà occupé le poste de ministre des Finances et de président de la Banque centrale sous l’administration Macri. Sa nomination a été saluée par la presse, qui souligne son expérience et sa connaissance approfondie des politiques économiques du pays.

Cependant, certains critiques se demandent si Caputo sera en mesure de mettre en œuvre les réformes structurelles nécessaires pour transformer véritablement l’économie argentine. Ils soulignent que les politiques économiques de Milei, telles que la fermeture de la Banque centrale et la dollarisation de l’économie, exigent une expertise et une vision claires pour réussir.

Dans l’ensemble, la décision de Demian Reidel de refuser l’offre de Milei de diriger la Banque centrale du Brésil et la nomination de Luis Andrés Caputo en tant que ministre de l’Économie continuent de susciter des débats passionnés quant à l’avenir économique de l’Argentine. Que ces décisions conduisent à une renaissance économique ou à des difficultés supplémentaires reste à voir, mais une chose est sûre : elles marquent un tournant important dans le paysage économique argentin. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ces développements et de voir comment l’administration de Milei mettra en œuvre ses politiques ambitieuses dans les mois à venir.