Titre créatif: L’Argentine retire le chapitre fiscal pour faciliter l’approbation de son projet de loi omnibus

Ads

Afin de faciliter son approbation, le gouvernement argentin a retiré le chapitre fiscal du projet de loi omnibus, selon le ministre.
Le projet de loi omnibus, qui comprend des changements majeurs tels que des hausses d’impôts et des privatisations, n’a pas pu être adopté par les deux chambres du Congrès en raison du statut minoritaire du parti au pouvoir.

Afin d’accélérer sa ratification au Congrès, le ministre argentin de l’Économie, Luis Caputo, a déclaré vendredi (26) que l’administration avait choisi d’éliminer le chapitre fiscal du projet de loi omnibus. Cette décision a suscité une discussion animée parmi les gouverneurs de l’opposition et les parlementaires.

Le gouvernement vise toujours l’équilibre fiscal, a déclaré Caputo lors d’une conférence de presse à Buenos Aires à la Casa Rosada, même si la partie fiscale de la proposition a été supprimée.

“Cela ne signifie en aucun cas que nous allons abandonner notre engagement à atteindre l’équilibre fiscal, notre objectif de déficit zéro”, a déclaré Caputo.

“Ce que nous cherchons, c’est rassurer les gens et les différents acteurs économiques que les deux choses se produiront : nous ne manquerons pas d’atteindre l’objectif de déficit zéro et, ce faisant, nous faciliterons l’approbation de la partie la plus importante de la loi”, a-t-il déclaré.

Le projet de loi omnibus, qui comprend des changements majeurs tels que des hausses d’impôts et des privatisations, n’a pas pu être adopté par les deux chambres du Congrès en raison du statut minoritaire du parti au pouvoir.

Avec près de 40% de la population vivant dans la pauvreté et l’un des pires taux d’inflation au monde, la troisième plus grande économie d’Amérique latine tente de se redresser sous la direction du président libertarien Javier Milei, qui est entré en fonction en décembre.

La croissance des prix a considérablement ralenti au cours des deux dernières semaines, selon Caputo, qui a déclaré qu’il se chargerait du secteur de l’infrastructure dans son portefeuille après le départ du ministre Guillermo Ferraro. Cela fait suite à une inflation de plus de 200% en 2023.

Le président Milei a pris des mesures audacieuses pour relancer l’économie argentine. Il a mis en place des réformes visant à réduire le déficit budgétaire et à attirer des investissements étrangers. Cependant, ces mesures ont été confrontées à une opposition féroce de la part des gouverneurs de l’opposition et des parlementaires, qui ont exprimé leurs préoccupations quant aux effets néfastes que cela pourrait avoir sur les citoyens les plus vulnérables.

Le retrait du chapitre fiscal du projet de loi omnibus a suscité une vive discussion parmi les gouverneurs de l’opposition et les parlementaires. Certains soutiennent que cela montre l’incapacité du gouvernement à gérer la crise économique actuelle de manière responsable. D’autres estiment que cela montre la volonté du gouvernement de céder aux pressions des groupes d’intérêt et de protéger les riches au détriment des plus pauvres.

Cependant, le ministre Caputo a insisté sur le fait que le gouvernement reste déterminé à atteindre l’équilibre fiscal et à prendre des mesures pour stimuler la croissance économique.

“Nous sommes conscients des défis auxquels nous sommes confrontés, mais nous n’abandonnerons pas nos objectifs. Nous continuerons à travailler pour offrir une prospérité économique à tous les Argentins”, a déclaré Caputo.

Il a également souligné que le retrait du chapitre fiscal du projet de loi omnibus ne signifie pas que le gouvernement abandonnera ses efforts pour réduire le déficit budgétaire et augmenter les recettes fiscales. Au lieu de cela, il a expliqué que le gouvernement évaluera d’autres moyens de parvenir à l’équilibre fiscal tout en cherchant à obtenir l’approbation des autres mesures contenues dans le projet de loi omnibus.

Malgré les préoccupations exprimées par certains politiciens et groupes d’intérêt, le gouvernement argentin est confiant dans sa capacité à surmonter les défis économiques actuels et à remettre l’économie sur la voie de la croissance.