La nouvelle constitution chilienne : un dilemme sur les droits à l’avortement

Ads

Ce dimanche, les Chiliens auront l’opportunité de voter lors d’un référendum qui déterminera le sort de la Constitution actuelle, en vigueur depuis la dictature d’Augusto Pinochet.

En 2020, après une vague de manifestations l’année précédente en réponse au coût de la vie élevé et aux inégalités du pays, le processus constituant a été lancé, incluant ce nouveau référendum.

Des millions de Chiliens ont rejeté le premier projet de nouvelle constitution lors d’un référendum en 2022, mettant fin à un processus long et infructueux.

À Santiago, le 27 novembre 2023, des travailleurs ont apporté des boîtes contenant des exemplaires de la nouvelle constitution chilienne. Photo d’Ivan Alvarado de Reuters.

Certains observateurs ont argué que le projet actuel de constitution est plus conservateur que celui qui existait pendant la dictature.

Un groupe présidé par des libéraux était responsable de la rédaction de l’effort initial.

Le document a accordé de nombreux droits sociaux et des mesures de protection de l’environnement étendues. Les électeurs chiliens l’ont rejeté en septembre 2022 car ils le trouvaient trop extrême.

La nouvelle Assemblée constituante de droite a préparé un programme de 216 articles qui met l’accent sur les droits de propriété privée et des restrictions strictes en matière d’immigration et d’avortement.

Les électeurs décideront lors du référendum de ce dimanche d’un amendement constitutionnel qui garantirait “le droit à la vie et la protection de la vie de l’enfant à naître” pour tous les citoyens.

“La loi protège la vie de ceux qui ne sont pas encore nés” et le droit à l’existence ont tous deux été acceptés en septembre par l’Assemblée constituante chilienne, lors d’une session du Conseil constitutionnel.

Le chapitre II, intitulé “Droits et libertés fondamentaux, garanties et devoirs constitutionnels”, donne le contexte du vote contesté.

En particulier, le “droit à la vie” est établi dans le premier paragraphe de l’article. Les femmes enceintes et leurs enfants à naître sont protégés par la loi. Il est interdit de mettre à mort une personne.

Les protections légales pour la vie des enfants à naître sont garanties par la Constitution actuelle.

Certaines personnes craignent que le fait de passer de la question du “quoi” à celle du “qui” puisse affaiblir la Loi sur l’interruption volontaire de grossesse pour trois raisons, qui vient de fêter ses six ans d’existence.

En 2017, seules trois raisons étaient valables pour un avortement au Chili : une menace pour la vie de la mère, un embryon ou un fœtus non viable, et une grossesse résultant d’un viol.

“En utilisant le mot ‘qui’, nous réitérons le principe selon lequel chaque être humain est une personne, et avec cela nous voulons ouvrir la voie à l’invalidation constitutionnelle de la loi sur l’avortement”, a déclaré l’ancien vice-président du Conseil, Aldo Valle.

Selon Paloma Zúñiga, le Conseil constitutionnel ne devrait pas être entraîné dans des discussions concernant l’avortement libre ou l’abandon de l’avortement pour trois raisons. La cohérence est essentielle en ce moment.

Pour Antonio Barchiesi, l’enfant à naître “requiert une prudence légale” et le droit à la vie “est la protection la plus fondamentale qui doit être accordée au être humain le plus vulnérable.”

Selon Carolina Navarrete, le droit à la vie, de la conception à sa conclusion naturelle, doit être explicitement et fermement ancré dans notre Constitution.