La libération des otages détenus dans les prisons équatoriennes : un acte de bravoure du président Noboa

Ads

La libération de tous les otages détenus dans les prisons équatoriennes

Le président de l’Équateur, Daniel Noboa, a autorisé la libération des détenus de sept régions différentes.

Selon l’agence d’État chargée des prisons (SNAI), tout le personnel et les gardiens qui étaient retenus en otage par des détenus dans les prisons équatoriennes ont été libérés au cours de la nuit du samedi au dimanche.

“Les protocoles de sécurité et le travail conjoint avec la police nationale et les forces armées ont été menés à bien avec la libération de tous (…) qui étaient détenus dans les différents centres de privation de liberté (CPL) du pays”, selon un communiqué émis par l’autorité.

La libération des détenus des sept provinces à travers toute l’étendue de l’Équateur, de la frontière nord avec la Colombie à la frontière sud avec le Pérou, a été vérifiée par le président Daniel Noboa, qui a été ciblé la semaine dernière par des organisations de trafic de drogue.

Nous nous sommes échappés. Selon une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un gardien de prison a exprimé sa gratitude pour le fait que tout le monde ait pu s’échapper en toute sécurité. L’homme était accompagné d’un drapeau équatorien alors qu’il se tenait devant les autres gardiens qui avaient été libérés du centre de détention de la région sud-andine de Cotopaxi.

Dans une autre vidéo, un gardien de prison est entendu dire : “D’accord, d’accord, merci”, après sa libération samedi.

Suite à la libération de samedi de 41 personnes (24 gardiens et 17 travailleurs) en coordination avec l’Église catholique, 133 gardiens et 3 membres du personnel administratif étaient toujours retenus en otage, selon un rapport précédent du SNAI. D’autres avaient déjà été libérés.

L’administration pénitentiaire a fait état de 178 personnes retenues en otage jeudi.

Environ vingt groupes utilisent les prisons comme base pour semer la peur et imposer leur règle brutale. Ce qui était autrefois considéré comme un pays tranquille, cette attaque se déroule en représailles aux mesures strictes prises par le gouvernement Noboa contre ces organisations.

Plus de mille personnes sont détenues
L’un des plus célèbres barons du trafic de drogue a disparu de sa prison dans la ville portuaire de Guayaquil (sud-ouest) dimanche dernier, déclenchant une crise qui dure depuis 2021 et qui a fait près de 460 morts parmi les détenus.

Une vague de violence s’est ensuivie après l’évasion d’Adolfo Macías, également connu sous le nom de “Fito”, chef de la principale faction criminelle du pays appelée “Los Choneros”. Cette vague a inclus 19 décès, des émeutes dans les prisons, des détenus retenant des employés et des gardiens, des policiers kidnappés, des dizaines de détenus évadés, des attaques explosives et des véhicules incendiés.

Ceux qui sont chargés d’enquêter sur les “événements” dans les prisons seront sanctionnés, selon le Service national d’assistance intégrale aux personnes privées de liberté (SNAI).

La province d’El Oro se trouve dans le sud-ouest du pays, près de la frontière péruvienne. Samedi, le SNAI a déclaré qu’un gardien était décédé à la suite d’affrontements avec des détenus, portant le nombre total de victimes à dix-neuf au cours des sept derniers jours.

En plus de 1 105 détenus, huit “terroristes” ont été abattus, deux policiers ont été tués et vingt-sept détenus ont été repris, selon les autorités.

Un couvre-feu de six heures, commençant à 23 heures heure locale (ou 1 heure heure de Brasília), et un état d’exception de 60 jours ont été mis en place dans tout le pays, y compris dans les prisons, tandis que des centaines de soldats et de policiers poursuivent leur chasse à Fito.

La Colombie abrite les plus grandes plantations de coca du monde, et l’armée colombienne pense que Fito est passé dans leur pays.

“Nous gagnerons”
Lors d’une interview avec la BBC vendredi, Noboa a promis de ne pas reculer face à la pression grandissante des factions et à la violence contre l’État. “Je crois que nous gagnerons et je ne cesserai pas de me battre tant que nous n’aurons pas gagné”, a-t-il déclaré.

Depuis leurs bureaux criminels dans les prisons, les barons de la drogue supervisent le commerce, commandent des assassinats, gèrent l’argent provenant de leurs crimes et se livrent à des luttes de pouvoir mortelles avec leurs ennemis.

Pendant longtemps, l’Équateur a été un refuge sûr pour le trafic de drogue. Cependant, ces derniers temps, des gangs du pays se sont regroupés pour lutter contre l’État et revendiquer le contrôle de la région, transformant l’Équateur en un nouveau bastion du trafic de drogue à destination des États-Unis et de l’Europe.

Le taux de meurtres pour 100 000 habitants est passé de 6 au cours des cinq dernières années à 46 en 2023, et un conflit interne a éclaté, semblable à ce qui s’est passé en Colombie il y a un siècle, mais avec le composant supplémentaire de prisons incontrôlées.

Afin d’accueillir les délinquants les plus dangereux, l’administration de Noboa prévoit de construire deux prisons “super-maximum” d’une capacité totale de près de 3 000 places. De plus, il a plaidé en faveur de la construction de navires-prisons.

Mardi, dans le cadre de leur attaque contre le trafic de drogue, ils ont attaqué une station de télévision en direct, ce qui a provoqué beaucoup d’agitation et a eu des conséquences dans le monde entier.