Finies les connexions Bluetooth ? Des scientifiques développent une nouvelle technologie de transmission de données.

Ads

Une récente découverte réalisée par des chercheurs de l’Université de Sussex, au Royaume-Uni, a permis de mettre au point une technologie qui utilise moins d’énergie tout en transmettant efficacement des données.

Grâce à cette méthode de connexion plus efficace et à l’amélioration de la durée de vie de la batterie, cette découverte a le potentiel de remplacer le Bluetooth.

Robert Prance et Daniel Roggen, chercheurs à l’origine de cette technologie, ont développé l’utilisation des ondes électriques en alternative aux ondes électromagnétiques dans le but de proposer une méthode de transmission de données à faible consommation d’énergie sur de courtes distances, tout en offrant les performances élevées nécessaires aux applications multimédias.

Le Bluetooth, le Wifi et la technologie 5G s’appuient tous sur la modulation électromagnétique, une technologie sans fil qui existe depuis plus de 125 ans. En revanche, les ondes électriques à courte portée utilisées dans la modulation de champ électrique consomment beaucoup moins d’énergie que le Bluetooth.

Le professeur Daniel Roggen, du département d’ingénierie et de conception de l’Université de Sussex, affirme que nous ne dépendons plus de la modulation électromagnétique, qui nécessite intrinsèquement une quantité importante d’énergie de la batterie.

Au lieu d’utiliser le Bluetooth, nous pouvons améliorer la durée de vie de la batterie en utilisant la modulation de champ électrique. Cette solution ne rendra pas seulement nos vies plus efficaces, mais elle nous offrira également de nouvelles façons de connecter les appareils de nos maisons intelligentes.

Selon les recherches, étant donné que nous sommes souvent à proximité de nos appareils, la modulation de champ électrique offre une méthode plus efficace pour les connecter, ce qui permet une durée de vie de la batterie plus longue lors de l’envoi de l’audio vers des écouteurs, la réponse aux appels, l’utilisation de trackers de fitness ou l’interaction avec des appareils domestiques.

Envie d’aller faire les magasins ?
Cette étude suggère que le développement de cette technologie pourrait changer notre façon d’utiliser nos appareils au quotidien et ouvrir la voie à une multitude d’applications futuristes.

Parmi les exemples d’utilisation de cette nouvelle technologie, on peut citer des montres-bracelets permettant de changer de numéro de téléphone d’un simple mouvement du poignet, ou encore des systèmes d’ouverture sans clé qui déverrouillent les portes d’un simple toucher du doigt.

De plus, le faible coût de cette technologie signifie qu’elle pourrait être largement adoptée rapidement.

Le professeur Daniel Roggen déclare : Si elle est produite en masse, cette solution pourrait être miniaturisée sur une seule puce pour seulement quelques centimes par appareil, ce qui signifie qu’elle pourrait être utilisée dans tous les appareils dans un avenir proche.

Les chercheurs de l’Université de Sussex recherchent actuellement des partenaires industriels pour les aider à miniaturiser davantage la technologie afin de l’utiliser dans les produits électroniques grand public.

Les scientifiques de l’Université du Sussex au Royaume-Uni ont mis au point une technologie qui utilise moins d’énergie tout en transmettant efficacement des données.

Parce qu’elle implique une méthode plus efficace pour connecter des appareils et améliorer la durée de vie de la batterie, cette découverte a le potentiel de remplacer le Bluetooth.

Les chercheurs Robert Prance et Daniel Roggen ont développé l’utilisation des ondes électriques comme alternative aux ondes électromagnétiques afin de fournir une méthode de transmission de données à faible consommation sur de courtes distances tout en offrant les performances élevées requises pour les applications multimédias.

La modulation électromagnétique, une forme de technologie sans fil qui a été développée depuis plus de 125 ans, est désormais utilisée par le Bluetooth, le wifi et la 5G. En revanche, les ondes électriques à courte portée utilisées dans la modulation du champ électrique consomment beaucoup moins d’énergie que le Bluetooth.

Le professeur Daniel Roggen du département d’ingénierie et de conception de l’Université du Sussex affirme que nous ne dépendons plus de la modulation électromagnétique, qui nécessite intrinsèquement une quantité importante d’énergie de la batterie.

Plutôt que d’utiliser le Bluetooth, nous pouvons améliorer la durée de vie de la batterie en utilisant la modulation du champ électrique. Cette solution ne rendra pas seulement notre vie plus efficace ; elle nous offrira également de nouvelles façons de nous connecter aux appareils dans nos maisons intelligentes.

La recherche a montré que, étant donné que nous sommes généralement à proximité immédiate de nos appareils, la modulation du champ électrique offre un moyen plus efficace de les connecter, ce qui permet une durée de vie de la batterie plus longue lors de l’envoi de l’audio vers des écouteurs, de la réponse aux appels, de l’utilisation de trackers de fitness ou de l’interaction avec des appareils électroménagers.

En route vers les magasins ?
L’étude suggère que le développement de cette technologie pourrait modifier notre façon d’utiliser nos appareils au quotidien et ouvrir la voie à une grande variété d’applications futuristes.

Des exemples de la manière dont cette nouvelle technologie pourrait être utilisée comprennent des montres-bracelets qui vous permettent de changer de numéro de téléphone d’un geste du poignet ou des systèmes d’entrée sans clé qui déverrouillent les portes d’un simple toucher du doigt.

De plus, le faible coût de cette technologie signifie qu’elle pourrait être largement adoptée sans délai.

Le professeur Daniel Roggen déclare : “Si elle est produite en masse, la solution pourrait être miniaturisée sur une seule puce pour seulement quelques centimes par appareil, ce qui signifie qu’elle pourrait être utilisée dans tous les appareils dans un avenir proche”.

Les chercheurs de l’Université du Sussex recherchent maintenant des partenaires de l’industrie pour les aider à miniaturiser davantage la technologie afin qu’elle puisse être utilisée dans les produits électroniques grand public.