Démission de Claudine Gay : les véritables raisons derrière le scandale qui secoue Harvard

Ads

Apprenez les motivations de la démission de Claudine Gay, présidente de l’Université Harvard aux États-Unis, après les manifestations étudiantes en faveur de la cause palestinienne. Gay a été accusée d’antisémitisme et de plagiat dans ses travaux universitaires, y compris sa thèse de doctorat.

L’une des universités américaines les plus conservatrices, Harvard, a vu sa présidente, Claudine Gay, démissionner mardi (2).

Après avoir témoigné devant le Congrès américain sur l’antisémitisme à l’école, elle a été contrainte de démissionner. Suite à cela, des accusations ont été portées contre elle, affirmant qu’elle avait utilisé des textes d’autres auteurs dans ses travaux universitaires.

Gay occupait ce poste depuis juillet dernier.

Audiences devant le Congrès
Les manifestations étudiantes en faveur de la cause palestinienne sur les campus universitaires américains ont suscité la controverse. Les présidents des universités américaines, dont Gay, ont été invités à comparaître devant le Congrès.

La question posée à Gay lors de son témoignage était de savoir si les manifestations étudiantes à l’Université Harvard, appelant à la destruction du peuple juif, constituaient une violation des politiques de l’université contre le harcèlement. Tout dépend du contexte, a répondu Gay, en disant : “Cela pourrait l’être”. Selon ses détracteurs, ce terme était trop subtil et équivoque.

Elle a ensuite présenté ses excuses pour la punition.

Les allégations de plagiat ont commencé à être soulevées après sa comparution devant le Congrès.

Au départ, nous avons examiné trois de ses publications universitaires. Bien que plusieurs citations aient été produites de manière incorrecte, il a été déterminé que cela ne violait pas les normes de recherche. Selon la présidente, elle prévoit de demander des modifications.

Deux autres accusations de problèmes de citation ont été soulevées à propos de la thèse de doctorat de la présidente datant de 1997.

Des allégations supplémentaires ont émergé le lundi 1er. Après cela, elle a remis sa démission.

La lettre de démission de Clémentine Gay
Pour que “l’Université Harvard puisse traverser ces périodes difficiles en se concentrant sur l’institution et non sur une individuelle”, écrit Gay dans sa lettre de démission, “il est clair que ce qui est le mieux pour l’Université Harvard est que je démissionne”.

Elle a également exprimé sa frustration face au fait que son engagement à lutter contre la haine et à maintenir la rigueur académique a été remis en question. Elle a décrit ces valeurs comme “deux valeurs fondamentales qui me définissent” et elle a trouvé terrifiant d’être la cible d’attaques personnelles et de menaces motivées par le racisme.