Avant le sommet sur le climat, les États-Unis et la Chine promettent de former un groupe de travail pour aborder la question : Une coopération historique entre les États-Unis et la Chine pour lutter contre la crise climatique

Ads

Avant le sommet sur le climat, les États-Unis et la Chine ont promis de former un groupe de travail pour aborder le problème. Les deux plus grands pollueurs du monde, les Chinois et les Américains, tentent de mettre de côté leurs différences afin de faire face à la crise climatique.

Joe Biden, vice-président des États-Unis, et Xi Jinping, président de la Chine, se rencontrent aux abords du sommet du G20 à Bali, en Indonésie.

Les États-Unis et la Chine ont convenu de relancer un groupe de travail sur la coopération en matière de climat et se sont engagés à accroître de manière significative la production d’énergies renouvelables. Les deux gouvernements ont confirmé la nouvelle aujourd’hui, juste avant une réunion entre les chefs d’État respectifs qui était prévue aujourd’hui à San Francisco. Les deux plus grands pollueurs du monde, les Chinois et les Américains, tentent de mettre de côté leurs différences afin de faire face à la crise climatique.

La coopération en matière de changement climatique est depuis longtemps considérée comme une lueur d’espoir dans une relation par ailleurs tendue entre les États-Unis et la Chine, ce qui s’est manifesté dans des domaines aussi divers que le commerce, la technologie, les droits de l’homme et la géopolitique.

Des déclarations séparées ont été publiées par le Département d’État américain et le ministère de l’Écologie et de l’Environnement de la Chine jeudi après des réunions entre l’émissaire climatique américain John Kerry et son homologue chinois Xie Zhenhua en Californie au début du mois. Cette année, les deux représentants se sont également rencontrés à Pékin pour des discussions.

Selon la communication, les deux pays ont convenu de “rendre opérationnel” un groupe de travail bilatéral en attente afin de “s’engager dans un dialogue et une coopération pour entreprendre des actions concrètes en matière de climat” cette décennie. Un tel groupe de travail avait été proposé pour la première fois par Kerry et Xi lors du sommet de l’ONU sur le climat en 2021 à Glasgow, mais est resté en suspens depuis août de l’année dernière.

La Chine s’est engagée à réduire les émissions face à la crise climatique en suivant “son propre chemin”.

La déclaration promet également une augmentation significative des sources d’énergie renouvelable telles que l’énergie éolienne et solaire ainsi que le stockage de batteries pour aider à gérer le secteur énergétique massif de chaque pays, et plus précisément afin de remplacer les combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz naturel qui contribuent au réchauffement climatique.

Pour accélérer “la substitution du charbon, du pétrole et du gaz naturel”, la Chine et les États-Unis ont convenu d'”accélérer suffisamment l’installation d’énergie renouvelable” dans leurs économies respectives d’ici la fin de 2030. Les deux nations se sont engagées à soutenir les efforts visant à “tripler la capacité d’énergie renouvelable dans le monde d’ici 2030” et ont déclaré qu’elles souhaitent réduire de manière significative les émissions de leur secteur énergétique d’ici la fin de cette décennie.

Les deux pays ont convenu de réduire l’utilisation de tous les gaz à effet de serre d’ici 2035 dans le cadre de leurs engagements internationaux en matière de climat. Ces gaz comprennent le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et les hydrofluorocarbures (HFC). L’accord vise à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius, un seuil au-delà duquel les scientifiques avertissent que cela rendra plus difficile pour les humains et les autres organismes de s’adapter aux impacts du changement climatique tels que les vagues de chaleur et les sécheresses.

Pour la première fois, la Chine a déclaré publiquement son intention de limiter les émissions de gaz à effet de serre au-delà du dioxyde de carbone, selon les objectifs climatiques actuels du pays, selon un universitaire chinois basé à Pékin qui a parlé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler publiquement de la question.

“Étant donné le contexte politique actuel, les deux parties ont fait des efforts sincères pour identifier les domaines d’accord qui pourraient conduire à des progrès. L’étudiant a déclaré : “Il est très pragmatique.”

La promesse de la Chine de fixer des objectifs de réduction pour toutes les émissions de gaz à effet de serre était sans aucun doute la partie la plus notable de la déclaration, selon Li Shuo, directeur du China Climate Hub à l’Institute of Asian Social Policy.

Bien que la Chine ait promis de limiter ses émissions “avant 2030”, la date exacte de cette réduction n’a pas été communiquée. Mais il y a des signes que l’accumulation rapide de l’énergie éolienne et solaire par le pays commence à remplacer la voiture : une analyse de Carbon Brief publiée cette semaine prévoit que les émissions de la Chine commenceront à diminuer l’année prochaine et prévoit même un changement encore plus important dans l’autre sens.

Malgré les promesses de la Chine d’augmenter considérablement son utilisation de sources d’énergie renouvelable, aucune déclaration claire n’a été faite quant à savoir si le pays prévoit ou non de renoncer à l’utilisation du charbon, la forme de combustible fossile la plus polluante.

L’annonce intervient trois semaines avant la COP28, la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui se tiendra cette année à Dubaï. Le ton et le rythme de la conférence annuelle pourraient être déterminés par le degré de coopération perçu entre les deux plus grands émetteurs mondiaux.

Étant donné que leur participation est “une condition préalable à un progrès significatif à l’échelle mondiale”, Li a déclaré que la déclaration était “un effort opportun pour aligner les États-Unis et la Chine” avant la COP28. Cependant, il a souligné qu’un accord climatique entre les États-Unis et la Chine ne comprendrait que la “préparation du terrain” et non la “définition du ton”, et que cette tâche était confiée à la COP28.

Lorsque les deux pays se réuniront aux Émirats arabes unis, les négociations entre les États-Unis et la Chine aideront à stabiliser la situation politique, mais des problèmes pressants comme la sortie progressive des combustibles fossiles nécessitent encore des efforts politiques significatifs. La Chine devrait également garder à l’esprit que d’autres ambitions pourraient être portées lors de la COP. Arrêter l’approbation de nouveaux projets énergétiques est une bonne prochaine étape”, a-t-il déclaré.